La cosmétique sans eau

Les formulations dites « sans », à savoir « sans parabène, sans conservateur, sans parfum » sont omniprésentes sur le marché des cosmétiques. A l’affût de formules épurées et efficaces, aux listes INCI courtes et sans substances controversées, le consommateur invite à de nouvelles expériences. Au cœur de l’essentiel, et dans le souci de préserver nos ressources, la formulation sans eau est une solution adéquate.

L’eau, une ressource à protéger

La protection de l’environnement est une préoccupation constante et les dernières études consommateur le démontrent. L’un des engagements quotidiens pour agir en faveur de l’écologie se traduit par une limitation de notre consommation d’eau.

 

Ainsi, une étude Mintel nous révèle que :

  • 15 % des consommateurs Espagnols sont intéressés par l’utilisation de formes sèches pour leurs produits d’hygiène (savons, produits de bain et de douche) et cette proportion augmente jusqu’à 28% pour la tranche des 16-24 ans.
  • 10 % des consommateurs britanniques passent moins de temps sous la douche et 11% d’entre eux ont réduit les quantités d’eau utilisées versus leur consommation d’il y a 3 ans.

(Source: Lightspeed GMI/Mintel-April 2016. Base: Internet users aged 16+; 1,960 UK who have a bathroom, shower room or cloakroom at home; 2,000 UK; 1000 Spain)

 

Et si les consommateurs sont attentifs à leur consommation, ils attendent un même engagement responsable de la part des industriels cosmétiques.

 

L’eau, le couteau-suisse du formulateur

L‘évolution des marchés favorise les nouveautés, notamment en terme de galénique, et permet de bousculer les fondamentaux de la formulation cosmétique.

L’eau compose majoritairement les formules pour des raisons économiques tout autant que techniques. En effet l’eau est à la fois :

  • un solvant,
  • une phase capable d’être émulsionnée,
  • une source d’hydratation pour la peau,
  • une phase permettant aux gélifiants d’exprimer toute leur technicité…

L’eau sert ainsi très souvent de base pour formuler de multiples nouvelles textures.

Le challenge technique pour formuler sans eau requiert donc un savoir-faire et une connaissance technique des matières premières, propres à chaque type de produit.

Formuler sans eau revient à se concentrer sur l’essentiel, c’est-à-dire les matières actives.

Les atouts d’une formule sans eau

Le choix d’une formule sans eau offre de multiples bénéfices concrets :

  • A l’échelle du consommateur :
    • Réduction des conservateurs : privée d’eau, les bactéries ne peuvent pas croître, les formules anhydres peuvent donc généralement se passer de conservateurs. De plus, la liste positive des conservateurs autorisés selon le règlement étant de plus en plus réduite, les consommateurs se trouvent de plus en plus exposés aux mêmes molécules, provoquant des sensibilisations de la population.
    • Réduction du nombre de produits : à l’image des formules, les routines de soin à base de produits sans eau tendent aussi vers le minimalisme. Les produits sans eau étant souvent multi-usage, parfois plus gras et adaptés au plus grand nombre, ils permettent de réduire le nombre de produits utilisés, aboutissant à des économies certaines.
  • A l’échelle environnementale :
    • Réduction des ingrédients : ces formules minimalistes permettent la réduction de la consommation et de la production des additifs divers et des conservateurs ainsi que de leur rejet dans l’environnement (notamment pour les produits à rincer)
    • Réduction des emballages : diminution de la taille des emballages et donc de la quantité de matériau nécessaire à leur production. De plus, les formules sans eau (et particulièrement sous forme de poudres), sont très faciles à recharger, on agit donc aussi sur la réduction du nombre d’emballages consommés.
    • Réduction de l’empreinte carbone liée au transport : contrairement aux formulations diluées, ce type de produit nécessite moins de transport, de stockage, d’emballages et produit 100 fois moins d’émissions de CO2.

Attention toutefois à respecter les précautions d’utilisation et les dosages préconisés de ces cosmétiques parfois concentrés afin de ne pas se surexposer aux matières actives.