Les bienfaits des algues dans notre régime alimentaire

En Asie, les algues sont utilisées depuis des millénaires dans l’alimentation humaine. C’est ensuite grâce au tourisme et à l’ouverture économique et culturelle que les pays occidentaux ont découvert et se sont appropriés cet nouvel aliment culinaire.

Actuellement en Europe, les algues sont majoritairement utilisées sous formes d’extraits par l’industrie des texturants (alginate de sodium, agar-agar et carraghénanes) pour leurs propriétés gélifiantes ou épaississantes. Mais la France joue un rôle moteur dans la promotion de l’algue alimentaire.

Effectivement, les algues répondent aux attentes des consommateurs, qui, soucieux de leur alimentation, demandent des aliments naturels, produits de manière durable, avec un intérêt nutritionnel et innovants. Une enquête réalisée en 2013 a d’ailleurs révélé que 58% des français consomment des algues, qu’ils considèrent saines et goûteuses [1]. Les algues sont commercialisées sous forme déshydratées ou humides, ou bien déjà incorporées dans des préparations alimentaires.

Composition des algues

Il existe deux catégories d’algues : les macroalgues (Wakamé, Dulse, Nori, Laitue de mer, Haricot de mer…) que l’on trouve facilement à l’état sauvage sur les côtes bretonnes par exemple, et les microalgues (Spiruline, Chlorelle…), invisibles à l’œil nu et généralement cultivées dans des bassins.

 

Comme l’illustre le graphique ci-dessous, ces deux catégories d’algues ont des compositions très différentes :

Représentation de la composition nutritionnelle[2] moyenne des :

Les macroalgues contiennent majoritairement des fibres (40%) et des minéraux (23%), tandis que les microalgues ont une teneur très élevée de protéines (60% en moyenne). On retrouve également une multitude de composés fonctionnels : des antioxydants, des vitamines et des acides gras essentiels (omégas-3).

Qualités nutritionnelles

La composition unique et extrêmement complète des algues en fait un super aliment très riche en oligoéléments, minéraux, vitamines, protéines. En effet, aucun autre végétal terrestre n’apporte autant d’éléments nutritifs simultanément. Ainsi, seuls quelques grammes d’algues dans notre alimentation suffisent à couvrir de nombreux besoins journaliers :

* Allégations nutritionnelles déterminées selon l’annexe XIII du RÈGLEMENT (UE) N° 1169/2011 pour les produits autres que les boissons.

Effets bénéfiques sur la santé

Consommer des algues, outre le rôle nutritif, permet également de prévenir certaines pathologies ou carences.

Ainsi, elles sont consommées depuis des siècles pour leurs vertus médicinales, liées à l’originalité de leurs composés [3, 4, 5, 6] :

  • Leurs fibres favorisent la digestion et ralentissent la vitesse d’absorption des sucres (avantage pour les diabétiques)
  • Les sels minéraux sont sous une forme biodisponible, et l’iode, un des plus présent, joue un rôle dans la réduction des risques d’obésité et régule le métabolisme global de notre organisme.
  • Leurs protéines (phycobiliprotéines) et matières grasses (stérols, oméga-3) contribuent à la prévention de maladies telles que les cancers et maladies cardio-vasculaires.
  • Leurs sucres complexes (polysaccharides sulfatés) ont des propriétés antivirales.
  • Leurs pigments (caroténoïdes) ont des propriétés antioxydantes.

Les mécanismes expliquant ces bénéfices ne sont pas clairement élucidés, mais la recherche a identifié que l’intérêt majeur des algues réside dans la synergie de leurs composés.

Les algues constituent donc un véritable « aliment santé » et les intégrer dans notre régime alimentaire est source de bienfaits.

 

Bibliographie:

[1] LE BRAS Quentin, RITTER Léa, FASQUEL Dimitri, LESUEUR Marie, LUCAS Sterenn, GOUIN Stéphane. 2014. Etude de la consommation des algues alimentaires en France. Programme IDEALG Phase 1. Etude nationale. Les publications du Pôle halieutique AGROCAMPUS OUEST n°35, 72 p.
[2] Composition et allégations nutritionnelles calculées à partir des données nutritionnelles publiées par le CEVA (Centre d’Etude et de Valorisation des Algues) et de données internes.
[3] Funahashi H, Imai T, Mase T, Sekiya M, Yokoi K, Hayashi H, Shibata A, Hayashi T, Nishikawa M, Suda N, Hibi Y, Mizuno Y, Tsukamura K, Hayakawa A, Tanuma S. Seaweed prevents breast cancer? Jpn J Cancer Res. 2001 May;92(5):483-7. Doi: 10.1111/j.1349-7006.2001.tb01119.x.
[4] Murphy, Catherine & Hotchkiss, Sarah & Worthington, Jenny & mckeown, Stephanie. (2014). The potential of seaweed as a source of drugs for use in cancer chemotherapy. Journal of Applied Phycology. 10.1007/s10811-014-0245-2.
[5] MARFAING Helene & LERAT Yannick. (2007). Les algues ont-elles une place en nutrition ?. Phytothérapie. 5. 2-5. 10.1007/s10298-007-0227-5.
[6] MOURITSEN O. G. 2015. Algues marines – Propriétés, usages, recettes. Paris, Éditions Delachaux et Niestlé, 304 p.