Les probiotiques : d’hier à demain !

Origine et évolution d’un domaine en pleine croissance

Un concept relativement ancien…

L’origine du concept de « probiotique » est attribuée au zoologiste, bactériologiste et immunologiste russe Elie Metchnikoff (1845-1916). En effet, en 1907 il émit l’hypothèse que la longue durée de vie des paysans bulgares s’expliquait par leur consommation de yaourts contenant des bactéries nécessaires à la fermentation : « la dépendance des microbes intestinaux vis-à-vis des aliments rend possible l’adoption de mesures pour modifier la flore dans nos corps et remplacer les microbes dangereux par des microbes utiles ».

… mais en recherche active !

En 2001, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ont donné une définition officielle des probiotiques qui sont des « micro-organismes vivants qui, lorsqu’ils sont ingérés en quantité suffisante, exercent des effets positifs sur la santé, au-delà des effets nutritionnels traditionnels ». Cette définition, toujours d’actualité aujourd’hui, pourrait être amener à évoluer puisque certaines recherches de ces dernières années ont démontré que des microorganismes tyndallisés (tués par la chaleur) pouvaient également avoir des effets bénéfiques sur l’hôte (stimulation de l’immunité par exemple).

Bien que le concept de « probiotique » soit relativement ancien, les recherches à son sujet sont toujours en pleine effervescence, comme le montre l’histogramme ci-dessous :

Un marché florissant 

Le marché mondial des probiotiques est toujours en plein essor : il était de 34 milliards de dollars en 2015, de 48 milliards de dollars en 2020, et sa prévision pour 2027 est d’environ 75 milliards de dollars, avec une croissance annuelle estimée à 6%.

En terme de type de produits, le marché mondial en 2020 est dominé par le segment des aliments et boissons fonctionnels probiotiques. Le segment des suppléments médicaux et diététiques probiotiques (sachet, gélules, comprimés…) possède le taux de croissance global annuel le plus élevé pour les années à venir.

Les clefs d’une bonne formulation probiotique

Les souches probiotiques sont sensibles à 3 facteurs environnementaux principaux : la température, l’humidité et l’acidité.

Les contraintes liées aux 2 premiers facteurs sont principalement rencontrées lors de la fabrication du produit et de sa conservation jusqu’à l’ingestion (conservation du produit). Pour maximiser la survie des souches tout au long de la vie du produit, l’idéal pour le fabricant est d’utiliser des ingrédients avec une Aw faible (Aw = activité de l’eau – elle représente l’eau disponible dans le produit) et un environnement de travail frais et sec. Le packaging choisi a également toute son importance, étant plus ou moins hermétique aux conditions environnementales extérieures. Des conditions de transport et de stockage fraiches et sèches sont également à privilégier.

Le dernier facteur, l’acidité, est rencontré lorsque le complément alimentaire probiotique est ingéré par le consommateur et qu’il atteint l’estomac (pH entre 1,5 et 3 !). Sans protection particulière, c’est généralement plus de 90% des bactéries probiotiques qui sont tuées lors de sa traversée ! Il est alors plus aisé de comprendre qu’un bon complément alimentaire probiotique ne se mesure pas au nombre de souches différentes intégrées dedans, mais surtout à la quantité de souche(s) afin d’assurer un nombre de survivants suffisants pour exercer un effet bénéfique chez l’hôte et répondre ainsi à la définition actuelle de probiotique !

  

Bibliographie:

Origine
Elie Metchnikoff et la réforme du yaourt bulgare de 1908 | Alimentarium

Marché
Global Probiotics Market: Share, size, trends and growth opportunities | Lumina Intelligence (lumina-intelligence.com)
Probiotics Market to Reach $75.9 billion by 2027, Growing at a CAGR of 5.6% From 2020 With COVID-19 Impact – Exclusive Report by Meticulous Research® (globenewswire.com)
Global Probiotics Market (2020 to 2025) – by Product Type, (globenewswire.com)